C’est par pur hasard que la capitaine de frégate de la Ligue navale Anne-Marie Fournier a découvert les cadets de la Ligue navale et son programme à l’automne 2006 lorsqu’elle a enrôlé son fils qui venait d’avoir 9 ans.

Depuis, elle a occupé divers postes, notamment en tant que membre du conseil d’administration, directrice des communications, aidante à la cantine, à la gestion de l’approvisionnement et de la distribution des uniformes aux cadets et d’instructeur de cadets.

Fin janvier 2011, Anne Marie participe à sa première formation à la FSIL (Ecole de Formation des Instructeurs de la Ligue Navale) puis obtient son brevet d’officier et son grade d’aspirant (LN). C’est alors que sa carrière débute comme officier de la Ligue navale du Canada, division du Québec.

Depuis, la Capf (LN) a gravi les échelons un à un au sein du CCLN 182 Salaberry où elle a occupé les postes d’officier administratif, d’officier d’approvisionnement, de commandant en second, puis de commandant  en 2015.

Au cours de son commandement, le corps de cadets a reçu le certificat Gold Award pour la meilleure croissance en 2016-2017, pour une croissance de 50 pour cent. Depuis, elle a également participé à l’organisation de la flottille (en 2018 & 2019) en tant qu’officier administratif, coordonnant l’arrivée et le départ des cadets pour le Camp provincial de la Ligue navale Marsouin. De plus, elle a occupé un poste de conseillère aux cadets, et a également coordonné la restructuration et la traduction du programme de formation des cadets pour la division du Québec, tout en faisant partie du groupe de travail national sur la mise à jour du programme de formation des cadets.

Dans une entrevue exclusive pour la série AWESOME VOLUNTEER, la Capf (LN) Fournier, qui a été nommé l’Officier de la Ligue navale de l’année 2021, a partagé son parcours en tant que bénévole…

 

  1. Quoi faisiez-vous avant de vous joindre au programme de bénévoles de la Ligue navale?

Avant de joindre les cadets de la Ligue navale j’étais mère au foyer. Je faisais du bénévolat dans ma communauté depuis déjà plus de 5 ans. D’abord en m’impliquant sur le conseil administratif de la prématernelle de mon fils puis sur celui de l’association des parents de l’école primaire.  L’implication communautaire est très importante pour moi. Sans bénévole, une communauté ne pourrait pas fleurir.

 

  1. Comment votre parcours en tant que bénévole a-t-il commencé ?

Le corps de cadets le plus près de chez nous étant à plus de 30 minutes de la maison, je demeurais sur place toute la soirée en attendant mon fils alors pourquoi ne pas aider? J’ai donc débuté comme directrice au sein du conseil administratif. du la succursale du corps de cadets LN de ma région. Je suis restée en poste au sein du Conseil d’administration durant plus de 4 ans et j’ai ensuite transféré comme officier au sein du CCLN lorsque ma fille a eu 9 ans.

 

  1. Quelle est la chose la plus intéressante pour vous en tant que bénévole?

C’est très important pour moi de m’impliquer dans les activités de mes enfants. À mon avis, cela démontre à notre enfant que ce qu’il ou elle aime a de la valeur. Suivre son enfant et l’encourager dans la poursuite de ses activités lui démontre que nous le supportons. Voir son enfant grandir, développer des aptitudes et s’épanouir est merveilleux. Que ce soit notre enfant ou non, être témoin de l’évolution d’un jeune de 9 ans à 19ans est incroyablement beau. De voir leur potentiel et de découvrir avec eux de tout ce dont ils sont capables d’accomplir… C’est tellement beau, ça n’a pas de prix.  En plus, sans s’en rendre compte des changements s’opèrent en nous et nous aussi découvrons des aptitudes que nous ne croyons pas avoir et développons des facettes de nous que nous n’imaginions pas. Nous nous dépassons tous, jeunes et moins jeunes.

 

  1. En tant qu’Officier de l’année de la Ligue navale, que conseillez-vous aux autres bénévoles et bénévoles potentiels? Œuvrer pour le programme des cadets de la Ligue navale c’est faire partie d’une grande famille. Comme dans toute famille, ce n’est pas toujours facile ou simple, nos valeurs et idéaux sont confrontées et cela demande beaucoup de résilience et d’ingéniosité. Mais ça en vaut tellement la peine. C’est beaucoup de travail mais le résultat est tellement beau. Voir des jeunes s’épanouir, être heureux tout en ayant du plaisir est un privilège de la vie. Avoir un impact positif sur la vie d’un jeune, de lui offrir un lieu où il se sent bien et à l’aise de développer son leadership et ses aptitudes dans le respect et la sécurité, quoi de plus valorisant pour lui ET pour nous? Ma « paye » c’est quand je suis au restaurant avec des amis et qu’une dame me tape sur l’épaule et me dit : « Madame Fournier? Je suis la maman de tel cadet, mon fils vous aimait tellement. Il parle encore de vous. Il aimait tellement ça les cadets. Vous avez eu un tel impact sur sa vie vous n’avez pas idée. Maintenant, il travail…Son petit frère à maintenant l’âge et j’aimerais qu’il se joigne à vous. Est-ce que vous faites toujours des cadets? …. » ou rentrer dans un magasin et la personne à la caisse vient vous voir en courant pour vous dire bonjour et vous rappeler qu’elle a été votre cadette il y quelques années avec un grand sourire. Ça n’a tout simplement pas de prix…

 

Il faut se rappeler qu’il n’y a pas de trop petite implication. Que vous ayez une heure ou vingt heures à donner, votre contribution est tout aussi valable et importante.  Alors, si vous avez du temps peu importe la quantité, n’hésitez pas à joindre la grande famille de la LN, vous verrez cela en vaudra la peine.